Miss Uni(c)vers – sferturi de finală


S-au calificat în sferturile de finală ale competiţiei:

1.Lucian Blaga; 2. Octavian Paler; 3. Grigore Vieru; 4. Mihai Eminescu; 5. Serenade 18; 6. Charles Guérin; 7. Jacques Prévert; 8. Louis Aragon.

Sferturile de finală:

Lucian Blaga – Louis Aragon

Octavian Paler – Jacques Prévert

Grigore Vieru – Charles Guérin

Mihai Eminescu – Serenade 18

Puteţi intra în competiţie ca selecţioner. Alegeţi o poezie de dragoste a oricăruia dintre poeţii calificaţi. Trimiteţi-o într-un comentariu şi acea poezie va fi inclusă în votarea pentru fiecare sfert de finală.

13 commentaires sur “Miss Uni(c)vers – sferturi de finală

  1. Octavian Paler – « Pasul absent »

    Doar un pas ne desparte.
    Nu știu dacă pasul absent
    e al meu
    sau al tău.
    Tu stai pe un mal al lui
    eu pe altul
    și între noi curge noaptea.
    Ca să ajungem atât de aproape,
    ca să rămânem atât de departe,
    doar un pas ne desparte
    și între noi curge noaptea continuu
    prin pasul absent.

  2. Lucian Blaga

    1. Lucruri suntem

    Lucruri suntem printre lucruri.
    Aproape suflete suntem, noi doi,
    prin soarta asemenea tuturor.
    Lucruri suntem ce poarta in ele
    ganduri ca pietrele, uneori stele,
    si totdeauna un dor.

    Pe drumul sau fiecare,
    ne-om duce in veci undeva.
    Ne-am duce impreuna, mereu, amandoi
    Dar drumul norilor e prea mare
    in lumea noastra-pentru noi.

    2.Vei plange mult ori vei zambi

    Eu
    nu ma caiesc
    c-am adunat in suflet si noroi-
    dar ma gandesc la tine.

    Cu gheare de lumina
    o dimineata-ti va ucide-odata visul
    ca sufletul mi-asa curat
    cum gandul tau il vrea,
    cum inima iubirii tare il crede.
    Vei plange mult atunci ori vei ierta?
    Vei plange mult ori vei zambi
    de razele acelei dimineti,
    in care eu ti-oi zice fara umbra de cainta:
    ,,Nu stii
    ca numa-n lacuri cu noroi in fund cresc nuferi? »
    (nu ma mandresc dar…a doua e preferata mea)

  3. De câte ori, iubito, de noi mi-aduc aminte,
    Oceanul cel de gheaţă mi-apare înainte:
    Pe bolta alburie o stea nu se arată,
    Departe doară luna cea galbenă – o pată;
    Iar peste mii de sloiuri de valuri repezite
    O pasăre pluteşte cu aripi ostenite,
    Pe când a ei pereche nainte tot s-a dus
    C-un pâlc întreg de păsări, pierzându-se-n apus.
    Aruncă pe-a ei urmă priviri suferitoare,
    Nici rău nu-i pare-acuma, nici bine nu… ea moare,
    Visându-se-ntr-o clipă cu anii înapoi.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Suntem tot mai departe deolaltă amândoi,
    Din ce în ce mai singur mă-ntunec şi înghet ,
    Când tu te pierzi în zarea eternei dimineţï.
    Mihai Eminescu – De cate ori , iubito …

  4. :)) nu am gasit versurile lipsa :))) cred ca trebuie sa le compun caci…lipsesc cu desavarsire!

  5. Lucian Blaga – Cantec in doi

    Si vine toamna iar’
    ca dup-un psalm aminul.
    Doi suntem gata sã gustam
    cu miere-amestecat veninul.

    Doi suntem gata s-ajutam
    brindusile ardorii
    sã infloreasca iar’ în noi
    si-n toamna-aceasta de apoi.

    Doi suntem, când cu umbra lor
    ne impresoara-n lume norii.
    Ce ginduri are soarele cu noi —
    nu stim, dar suntem doi.

  6. Era chiar miezul tragediei noastre
    Şi-o zi întreagă a stat la oglindă
    Pieptănăndu-şi părul de aur. Blândă
    Mâna ei îmi părea a calma incendii
    Era chiar miezul tragediei noastre

    Elsa au miroir.

    C’était au beau milieu de notre tragédie
    Et pendant un long jour assise à son miroir
    Elle peignait ses cheveux d’or Je croyais voir
    Ses patientes mains calmer un incendie
    C’était au beau milieu de notre tragédie

    Et pendant un long jour assise à son miroir
    Elle peignait ses cheveux d’or et j’aurais dit
    C’était au beau milieu de notre tragédie
    Qu’elle jouait un air de harpe sans y croire
    Pendant tout ce long jour assise à son miroir

    Elle peignait ses cheveux d’or et j’aurais dit
    Qu’elle martyrisait à plaisir sa mémoire
    Pendant tout ce long jour assise à son miroir
    À ranimer les fleurs sans fin de l’incendie
    Sans dire ce qu’une autre à sa place aurait dit

    Elle martyrisait à plaisir sa mémoire
    C’était au beau milieu de notre tragédie
    Le monde ressemblait à ce miroir maudit
    Le peigne partageait les feux de cette moire
    Et ces feux éclairaient des coins de ma mémoire

    C’était un beau milieu de notre tragédie
    Comme dans la semaine est assis le jeudi

    Et pendant un long jour assise à sa mémoire
    Elle voyait au loin mourir dans son miroir

    Un à un les acteurs de notre tragédie
    Et qui sont les meilleurs de ce monde maudit

    Et vous savez leurs noms sans que je les aie dits
    Et ce que signifient les flammes des longs soirs

    Et ses cheveux dorés quand elle vient s’asseoir
    Et peigner sans rien dire un reflet d’incendie.

    Louis Aragon.

  7. La belle italienne.
    À Pablo Picasso.

    L’AZUR et ses voiles
    Les bras de santé
    Crèmes estivales
    Sa grande beauté

    Mais qu’elle en impose
    À qui veut l’aimer
    (Parler de la mer.
    Autrement qu’en prose)

    La plus idiote
    Avec son œil rond
    Luit intelligente
    Auprès de ce front

    Ô chère adorée
    Au soleil de plomb
    Ton regard d’aplomb
    Et ta chair dorée

    Quand on te décrit
    Toutes les chevilles
    Comme des salives
    Montent à l’esprit

    Dans ta chevelure
    Reflet du passé
    Tu gardes l’allure
    Du papier glacé

    Qu’amènent tes lèvres
    Les mots maux et fièvres

    Mais la voix dit Non
    Sur un ton de lave.

    Louis Aragon.

  8. Les yeux d’Elsa.
    Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire
    J’ai vu tous les soleils y venir se mirer
    S’y jeter à mourir tous les désespérés
    Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire

    À l’ombre des oiseaux c’est l’océan troublé
    Puis le beau temps soudain se lève et tes yeux changent
    L’été taille la nue au tablier des anges
    Le ciel n’est jamais bleu comme il l’est sur les blés

    Les vents chassent en vain les chagrins de l’azur
    Tes yeux plus clairs que lui lorsqu’une larme y luit
    Tes yeux rendent jaloux le ciel d’après la pluie
    Le verre n’est jamais si bleu qu’à sa brisure

    Mère des Sept douleurs ô lumière mouillée
    Sept glaives ont percé le prisme des couleurs
    Le jour est plus poignant qui point entre les pleurs
    L’iris troué de noir plus bleu d’être endeuillé

    Tes yeux dans le malheur ouvrent la double brèche
    Par où se reproduit le miracle des Rois
    Lorsque le coeur battant ils virent tous les trois
    Le manteau de Marie accroché dans la crèche

    Une bouche suffit au mois de Mai des mots
    Pour toutes les chansons et pour tous les hélas
    Trop peu d’un firmament pour des millions d’astres
    Il leur fallait tes yeux et leurs secrets gémeaux

    L’enfant accaparé par les belles images
    Écarquille les siens moins démesurément
    Quand tu fais les grands yeux je ne sais si tu mens
    On dirait que l’averse ouvre des fleurs sauvages

    Cachent-ils des éclairs dans cette lavande où
    Des insectes défont leurs amours violentes
    Je suis pris au filet des étoiles filantes
    Comme un marin qui meurt en mer en plein mois d’août

    J’ai retiré ce radium de la pechblende
    Et j’ai brûlé mes doigts à ce feu défendu
    Ô paradis cent fois retrouvé reperdu
    Tes yeux sont mon Pérou ma Golconde mes Indes

    Il advint qu’un beau soir l’univers se brisa
    Sur des récifs que les naufrageurs enflammèrent
    Moi je voyais briller au-dessus de la mer
    Les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa.

    Louis Aragon.

  9. Ping : Miss Uni(c)vers – sferturi de finală (1) | Dan Ghenea

  10. Copiii care se iubesc se-mbratiseaza in picioare
    Langa portile noptii
    Si trecatorii care trec ii arata cu degetul
    Dar copiii care se iubesc
    Nu sunt acolo pentru nimeni
    Si numai umbra lor
    Inlantuita umbra tremura in noapte
    Starnind mania trecatorilor
    Mania si dispretul lor si rasetele si invidia
    Copiii care se iubesc nu sunt acolo pentru nimeni
    Ei sunt in alta parte dincolo de noapte
    Mult mai presus decat lumina zilei
    In orbitoarea stralucire a primei lor iubiri.
    copiii care se iubesc jacues prevert

  11. Cântec

    În ce zi suntem
    Suntem în toate zilele
    Iubita mea
    Noi suntem toată viaţa
    Dragostea mea
    Noi ne iubim şi noi trăim
    Noi trăim şi noi ne iubim
    Şi noi nu ştim ce este viaţa
    Şi noi nu ştim ce este ziua
    Şi noi nu ştim ce este dragostea.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :