Les rues de Bucarest me semblent remplies de bruit. Un bruit neutre, ni la rumeur exubérante des années 90, ni l’agression sonore et verbale des années 2010.